buzz


On débute cette semaine avec un clip très ingénieux, réalisé grâce à des webcams…

La musique est sympa, et au niveau image, il y a vraiment de l’idée…

Publicités

Bon, c’est vrai j’ai un peu une semaine (voire plus) de retard, mais je tenais quand même à évoquer l’idée très réussie de Stivostin. Il s’agit d’un Français, Nicolas Catard en réalité, qui s’est donné un mois pour trouver un emploi, en début d’année. Résultat, un clip qui illustre une chanson en forme de CV. Et un boulot.

images

 Le soufflé commence à retomber dans les différents médias concernant la grippe porcine, et pourtant selon les  informations que je recoupe ici et là, il apparaît que la menace d’une vaste épidémie en France est toujours plus que  probable. 

En effet, selon les communiqués que diffuse régulièrement santé-voyage, qui se targue d’une expertise de 20 ans de veille sanitaire mondiale, tout devrait se jouer dans les semaines qui viennent dans l’hémisphère sud, où l’hivers arrive. Voici le scénario le plus pessimiste : 

Le virus est passé dans la partie australe de l’hémisphère sud, qui connaît actuellement son hiver. Il y trouve un environnement favorable puisque ses habitants se confinent. Passant intensément de personne à personne, il acquiert une virulence proportionnelle au nombre de ses passages inter-humains. Devenu meurtrier, il repasse comme d’habitude vers l’hémisphère nord, au moment habituel de la grippe saisonnière, et y trouve alors le confinement automno-hivernal propice à son explosion.      

Des propos auxquels viennent s’ajouter ceux du directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique, Antoine Flahaut, interrogé par Lemonde.fr. Pour lui aussi, le pic de la grippe porcine se ferait en France après l’été. En comparaison avec une grippe « habituelle » qui cause 6000 décès chaque année dans notre pays, celle-ci provoquerait 5 fois plus de victimes.

 « le nouveau virus est ultra-compétitif et chassera tous les autresEn janvier, il n’y aura plus que du H1N1 sur la terre, le reste aura été dégommé. »

« Chaque nation va décider de sa politique et cela ne va pas être triste, car il n’y aura pas de vaccins pour tout le monde. Soit on vaccine, comme pour la grippe saisonnière, les personnes âgées et les plus fragiles, soit on veut faire barrière au virus et on vaccine les personnes stratégiques, mais c’est qui les personnes stratégiques ? »

Mais fort heureusement, tout n’est pas aussi noir dans les informations que délivrent ces spécialistes.images-2 Pour ces deux sources, il y a aussi des lueurs d’espoir. Ainsi, toujours selon Antoine Flahaut :

« Si au niveau collectif c’est une grande menace, au niveau individuel ce n’est qu’une grippe. Pour le moment en France, nous n’avons que des cas d’importation, mais je ne serais pas étonné que des gens qui n’ont pas eu les symptômes aient transmis. Il s’agit d’un virus qui se transmet comme les autres, il n’est pas exceptionnel, il fait sa besogne. »

On pourrait donc contracter la grippe, sans même le sentir… Voilà qui a de quoi épaissir un peu plus le brouillard autour de ce mystérieux virus H1N1. Pour certaines personnes, il représente un véritable danger mortel, pour d’autres un simple épisode grippal, et pour les derniers – les plus chanceux- il passe comme une lettre à la Poste. Reste à savoir à quelle catégorie chacun d’entre-nous appartient…

Et comme toujours,

« La pandémie, nos pays s’en sortiront sans grands dégâts, ceux qui vont en souffrir sont ceux qui souffrent déjà, par exemple ceux qui ont des emplois précaires », conclut Antoine Flahaut.

 

 

 

 

Pour lire l’article du Monden ligne dans son intégralité : LeMonde.fr 12/05/2009

Et pour consulter le site de Santé Voyage : Veille sanitaire mondiale