Humeurs


Comme la célèbre chanson des Négresses Vertes, je chante depuis quelques semaines : Voilà l’été ohé!
Mes contributions à ce blog se sont donc sensiblement espacées… mais reviendront nombreuses à la rentrée !
En attendant, portez-vous bien ;))

Belle interview de Daniel Schneidermann dans Arrêt sur Images, trouvée grâce à Twitter (@eco_blog).

Fallait-il insérer toutes ces marques au début du film Home de Yann Arthus Bertrand ?? La question mérite clairement d’être posée, et tant qu’à faire au principal intéressé :

Question :

L’idéal de gratuité associé à internet est-il un moteur ou un frein au développement de services lucratifs ?

Réponse souhaitée sous deux heures…

Je livrerai ma « version » (celle que j’ai écrite durant l’épreuve de selection pour accéder à cette formation) dans la soirée.

legende twitter'

dessin twitter'

Je n’ai pas honte de l’avouer, je ne découvre Twitter que depuis quelques temps… Et il est vrai qu’après une période de grand scepticisme à l’égard de ce flux de commentaires, je comprend de mieux en mieux l’intérêt d’un tel outil.

twitterprlesnuls'

Pour ceux qui -comme moi  il y a peu- se sentent plutôt réfractaire, voici une série de liens, et d’images qui permettent de bien saisir à quoi peut servir le site de l’oiseau bleu.

Alors ce n’est pas en quelques jours d’utilisation  que je vais me mettre à donner des conseils aux débutants… En revanche, je peux partager les sources d’information qui m’ont permis peu à peu de m’initier à l’art du twitt (j’y vais doucement quand même, j’en suis qu’ à 3 ou 4 donc…)

le petit twitter illustré, sur Presse-citron

Une leçon de twitt, sur Presse-citron

Très bon article, LeMonde.fr

Le réseau Twitter, Le Monde.fr,

Twitter, sur Wikipedia

Utiliser Twitter en entreprise, de Capucine Cousin.

Pour se rendre compte du phénomène, il faut se rendre sur le site Gigatweet, qui recense en temps réel le nombre de tweet envoyés, et on peut dire que ça file…

nb de twitts, le 24/06/09 à 23h02

Malgré cela, selon un article du Canard enchaîné (!) de cette semaine, il n’y aurait en France « que » 165 000 twittereurs, pour environ 43 millions d’ordinateurs dans notre pays. Je suis de ceux-là et si cela vous dis de me Follow :

twitter / mgprofil

twitter-bird-2

Garonne : de ton lit, je fais ma piscine !

Voilà quelle sera ma devise à présent… Non, je crâne un peu car j’ai participé pour la première fois à la traversée de Bordeaux à la nage. Cela se déroulait samedi dans le cadre de la fête du fleuve à Bordeaux (elle se tient tout les 2 ans en alternance avec la fête du vin). 380 participants se sont élancés en 5 vagues successives tout au long de l’après-midi, avec une seule chose en tête : rallier sains et saufs l’arrivée ! Il faut savoir que la Garonne est soumise à la marée, et que même si nous étions dans le sens du courant, une fois partis on se sent bien peu de chose au milieu des flots.

départponton'Dès le départ, depuis le ponton Parlier, la bagarre commence… en réalité, une bagarre bien involontaire puisque dans ma série par exemple nous étions 83 et qu’une fois tous à l’eau, on est un peu les uns sur les autres. Tout cela ajouté à l’excitation du moment, ça donne forcément un beau chahut. Au bout de quelques minutes, dans les vagues (on m’avait averti, et ça s’est vérifié : on se croirait en pleine mer !), déjà bien essoufflé après cette mêlée marine… hé bien il faut s’accrocher pour crawler pendant les 1700 mètres de course.

parcours garonne'

Le parcours épouse le coude que forme le fleuve en centre-ville de Bordeaux, et en fait de traversée, le départ et l’arrivée se trouvent sur la même rive ! Les concurrents doivent passer une balise à mi parcours, placée au milieu du fleuve. Très agréable et très rassurant : les secouristes installés sur des paddle-board (de très grands surfs) qui se tiennent vraiment près de petits groupes de nageurs et qui peuvent les conseiller sur le cap à tenir. Car dans l’eau on voit rien du tout. J’espérais profiter un peu de ce point de vue inédit sur Bordeaux, et je n’ai saisi qu’un seul « cliché » en mémoire :  la colonne des Girondins entre deux vagues, c’est déjà ça !nagegaronne'

Au niveau gustatif, j’ai eu plusieurs occasion de me faire ma propre opinion : la Garonne a le même gout un peu argileux, limoneux que l’eau d’un lac !

Bon trêve de plaisanterie, c’était la première fois que je participais à une épreuve sportive, et je ne regrette pas du tout. L’organisation, le tracé, tout était parfait : donc coup de chapeau aux bénévoles.

Pour la petite histoire, je termine 30ème en 17 minutes 55, à 3 minutes 15 du vainqueur. J’espère faire mieux l’an prochain !

J’ajoute que les organisateurs font tout pour assurer la neutralité carbone de l’évènement, 8 arbres seront donc plantés pour compenser l’émission de CO2 généré par l’épreuve (déplacements des concurrents, de l’encadrement).

Dire que j’étais trop occupé ces derniers temps, et que je n’avais pas encore testé le nouveau moteur de recherche lancé par Microsoft le 1er juin : Bing. Alors c’est chose faite, et je n’hésite pas à tomber un peu dans l’auto-promotion.

bingmgprofil

En effet, je ne fais rien pour l’heure pour promouvoir ce blog, seuls quelques initiés (ah… les veinards !) ont eu leur faire-part lors du lancement de Mg’s Blog. Les secrets du référencement me sont encore étrangers (mais j’y travaille), et je ne twitte pas encore à chaque article. Et pourtant ! A ma première visite sur Bing, tout à l’heure, je lance une recherche avec mon profil et là : Miracle ! je suis référencé dès la première page, et à plusieurs reprises. J’avoue qu’il s’agit sans doute de ma première cyber-satisfaction !

Et ça marche aussi avec Google, mais le résultat de la recherche donne d’autres réponses… Cela tient surement aux différences de fonctionnement entre les deux moteurs de recherche.googlemgprofil'

Je sais que cet article dévoile ma naïveté sur le fonctionnement de la toile, et pour tempérer un peu cet élan d’enthousiasme, je vous livre les statistiques du blog : entre 8 à 10 visiteurs par jour. Merci à chacun d’entre eux !

Voilà une interrogation des plus étranges, n’est-ce pas… Et la réponse que je vous propose mérite clairement le détour.

En fait, au cours d’un examen de chimie, des étudiants ont dû plancher sur la question :

« l’enfer est-il exothermique ou endothermique (absorbe-t’il la chaleur, ou est-ce qu’il l’évacue) ? »

La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz
se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.
Cependant, un étudiant eut la réponse suivante, absolument savoureuse :

The_Sceptical_Chymist

Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l’enfer avec le
temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l’enfer.
Je pense que nous pouvons assumer sans risque qu’une fois entrées en enfer, les âmes
n’en ressortiront plus. Du coup aucune âme ne sort.
De même pour le calcul du nombre d’entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le
fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd’hui.

L'enfer de Dante : Damnes pris dans les glaces - 1976

L'enfer de Dante : Damnes pris dans les glaces - 1976

La plupart de ces religions affirment que si vous n’êtes pas membre de leur religion, vous
irez en enfer. Comme il existe plus d’une religion exprimant cette règle, et comme les gens
n’appartiennent pas à plus d’une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont
en enfer…

Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l’enfer parce que la Loi de
Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer,
le volume de l’enfer doit se dilater proportionnellement à l’entrée des âmes ». Par
conséquent cela donne deux possibilités:
1) si l’enfer se dilate à une moindre vitesse que l’entrée des âmes en enfer, alors la
température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu’à ce que l’enfer
éclate.
2) si l’enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d’entrée des âmes en enfer, alors
la température diminuera jusqu’à ce que l’enfer gèle.
Laquelle choisir ?

L'enfer dans l' Hortus Deliciarum de Herrade de Landsberg (autour de 1180)

L'enfer dans l' Hortus Deliciarum de Herrade de Landsberg (autour de 1180)

Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m’ayant affirmé durant
ma première année d’étudiant « Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi », et en
tenant compte du fait que j’ai couché avec elle la nuit dernière, alors l’hypothèse doit être
vraie. Ainsi, je suis sûr que l’enfer est exothermique et a déjà gelé … Le corollaire de cette
théorie c’est que comme l’enfer a déjà gelé, il s’ensuit qu’il n’accepte plus aucune âme et
du coup qu’il n’existe plus… Laissant ainsi seul le Paradis, et prouvant l’existence d’un
Etre divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n’arrêtait pas de crier « Oh….
mon Dieu !…. »

Cet étudiant étale dans sa réponse toute son intelligence, car il démontre qu’il connait ce qu’on lui demande sans oublier d’intégrer une histoire des plus amusantes. D’ailleurs, il est le seul ayant reçu la note 20/20.

Juste pour les curieux, voici un extrait de ce qu’on trouve sur Wikipedia sur Boyle (il est bien ce blog, on se cultive en s’amusant 😉 ):

Robert_Boyle_0001

Robert Boyle (1627-1691)

Lors d’expériences, Boyle découvrit la loi dite de Boyle-Mariotte (Edme Mariotte l’a découverte presque en même temps indépendamment de Boyle). Les conclusions de Boyle l’amenèrent à considérer la matière comme composée de particules primaires. Il rejetait donc la conception antique qui disait que toute matière est formée à partir de quatre éléments : la terre, l’air, l’eau et le feu. Boyle devint donc un précurseur à la théorie des atomes sur des bases expérimentales. Boyle a laissé son nom à une célèbre liqueur fumante de son invention (sulfure hydrogéné d’ammoniaque).

La loi de Boyle-Mariotte prend la forme P1V1 = P2V2, où P1 et V1 sont la pression et le volume d’un gaz dans un état initial (1), tandis que P2 et V2 décrivent un état final (2) à la même température. Cette loi est exacte avec les gaz parfaits et approximative avec les gaz réels.

Page suivante »